PARIS 16ème Maunoury appartement duplex


600 m2 + 400 m2 de jardin

Un héritier Mulliez à l’asssaut de l’appartement de la fille Karimov

Nouveau rebondissement dans la vente aux enchères du somptueux appartement de Gulnara
Karimova, la fille de l’ancien dictateur ouzbèke. Comme l’a révélé Challenges, ce penthouse
situé au sommet des mythiques immeubles Walter, dans le quartier de la Muette
(16ème arrondissement), a été cédé, le 23 mars, à l’homme d’affaires parisien Pierre Reynaud.
Mais les acheteurs intéressés avaient encore un délai légal de dix jours pour surenchérir de
10%. Et c’est un héritier de la galaxie Mulliez qui a mis les 14,4 millions d’euros nécessaires
sur la table.

Thomas Leclercq, 50 ans, est le petit-cousin de Gérard Mulliez, le fondateur d’Auchan. Son
père Michel Leclercq a créé, en 1976, les magasins de sport Décathlon, qui dégagent
aujourd’hui plus de dix milliards d’euros de chiffre d’affaires. L’enseigne est détenue par
l’Association Familiale Mulliez, la holding principale de la dynastie, les salariés et par le
family office personnel des Leclercq à hauteur de 42 %. Dans le classement de Challenges,
cette branche des Mulliez, isolée de leurs cousins, pointe au 71ème rang des fortunes
françaises, avec un milliard.
Le jet-setteur de la famille
 » Les trois frères Leclercq sont très soudés même si Thomas n’est pas impliqué dans les
affaires, à la différence de Mathieu, qui a pris la présidence de Décathlon à la suite de l’aîné
Olivier « , raconte le journaliste spécialisé Bertrand Gobin, animateur d’un blog sur les
Mulliez. Domicilié à Mouscron, à la frontière avec la France, Thomas, qui a adopté la
nationalité belge, est surtout réputé pour ses talents de jet-setteur. Une hérésie au sein de cette
famille très secrète. Il a notamment organisé des fêtes spectaculaires dans sa splendide villa
de Ramatuelle, à côté de Saint-Tropez, dotée de deux piscines.
Les enchères pour le triplex parisien ont été initiées par la justice française, qui a saisi
l’appartement de Karimova, accusée d’avoir blanchi de l’argent issu de pots de vin sur des
contrats de téléphonie à l’étranger. Elles ont attiré le gratin des marchands de biens parisiens
et des fortunes du Golfe. Ce penthouse de 688 mètres carrés, doté d’un magnifique jardin
suspendu, comme celui du voisin, Serge Dassault, avait été acheté 31 millions d’euros par
Karimova à l’animateur télé Arthur. Le 23 mars, Pierre Reynaud avait remporté les enchères
avec une mise de 13,1 millions et il ne veut pas lâcher le morceau. Il a ainsi déposé un recours
contre la surenchère de Leclercq, arguant du fait qu’elle ne lui a pas été notifiée
personnellement, comme le stipule la loi.

EXCLUSIF Thomas Leclercq, le fils du fondateur de
l’enseigne Décathlon, surenchérit à 14,4 millions d’euros
pour s’offrir le triplex de la fille de l’ex-dictateur
ouzbèque.

Marchand de biens : « L’immobilier ancien est la locomotive du marché »

Tribune de Pierre Reynaud, directeur du groupe PRI (©Eric Cabanis – AFP)

Que ce soit des bureaux ou des habitations, l’immobilier ancien reste aujourd’hui le point fort du secteur. Avec des prix plus avantageux et une offre plus fournie, l’attrait pour l’ancien tend à se poursuivre en 2017, explique Pierre Reynaud, directeur du groupe PRI.

(LaVieImmo.com) – « Le neuf reste plus cher et moins attractif que l’ancien. » Voilà le constat fait par Pierre Reynaud, directeur du groupe PRI.

En France, l’immobilier ancien peut être une opportunité intéressante à saisir. Encore faut-il connaître le marché car, selon les régions, mieux vaut opter pour le neuf… « Il faut faire la distinction entre Paris, la première couronne, la banlieue et la province, résume Pierre Reynaud. Dans ces deux derniers cas, le neuf reste plus attractif. Dans Paris intra-muros, au contraire, le prix moyen du marché de l’ancien se situe aux alentours de 8 500 euros le mètre carré ».

Il faut cependant avoir les moyens de donner un coup de jeune à son acquisition. « Le coût de réhabilitation reste marginal et permet d’acquérir des mètres carrés à des prix plus attractifs », tempère Pierre Reynaud, persuadé que l’ancien a encore de beaux jours devant lui. « Compte tenu de la faible offre de logements neufs, le marché de l’ancien reste la locomotive de l’immobilier », continue le spécialiste de l’immobilier.

Car l’immobilier ancien ne manque pas d’atouts. « Une offre plus importante et des prix moins élevés notamment », indique Pierre Reynaud, qui ajoute « en zone urbaine, il existe de nombreux immeubles anciens et très peu modernes », ce qui permet « un choix rapide ».

D’autant que l’immobilier ancien permet de bénéficier d’aides plus importantes que le neuf pour les investisseurs… « Avec le prêt à taux 0, c’est effectivement un avantage à prendre en compte », ajoute le fondateur du groupe PRI, qui nuance : « Cependant dans le neuf, les frais de notaire sont réduits ».

La pierre ancienne est un placement à étudier

Il faut donc se poser les bonnes questions avant d’opter pour l’ancien. Certaines villes, cependant, s’y prêtent plus particulièrement. « Paris restera toujours Paris, ironise Pierre Reynaud. Mais toutes les grandes agglomérations provinciales, comme Toulouse ou Lyon par exemple, offrent de belles opportunités d’investissement dans l’ancien ».

Et si le marché tendu de l’habitat nous oriente irrémédiablement vers les habitations, les bureaux aussi ont la cote. Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) permettent par exemple aux épargnants d’investir dans l’immobilier d’entreprise.

Alors, investir dans des bureaux, pour un particulier, est-ce une option intéressante ? « Le marché des bureaux reste encore actif, il apparaît effectivement intéressant pour les particuliers d’investir une partie raisonnable de leurs liquidités dans les SCPI/bureaux », assure Pierre Reynaud, qui estime qu’avec le Brexit, le marché des grandes villes françaises risque de devenir très porteur.

La pierre ancienne est d’ailleurs un placement à étudier. Pour Pierre Reynaud, il semble évident que les rendements des placements financiers ayant considérablement baissé, le marché de l’ancien, aussi bien en habitation, qu’activités et bureaux, va continuer à offrir des rentabilités plus attractives que les placements d’argent.

Côté prix, cette attractivité amène le marché de l’ancien à voir ses prix constamment augmenter, particulièrement dans les grandes agglomérations et en région parisienne.

Faut-il s’attendre à une hausse continue ? « Compte tenu de l’insuffisance de mises en chantier des logements neufs ces dernières années, on peut imaginer que les prix vont se maintenir à leur niveau actuel voire à légèrement augmenter », résume le spécialiste de l’immobilier, qui imagine que l’année 2017 verra cependant l’activité quelque peu ralentir dans ce secteur.

les investissements dans l’ancien vont donc continuer, mais il existe « un risque de stagnation pendant la période électorale ». Retour à la normale prévu en mai prochain !

https://www.lavieimmo.com/divers-immobilier/marchand-de-biens-l-immobilier-ancien-est-la-locomotive-du-marche-39210.html

Que ce soit des bureaux ou des habitations, l’immobilier ancien reste aujourd’hui le point fort du secteur. Avec des prix plus avantageux et une offre plus fournie, l’attrait pour l’ancien tend à se poursuivre en 2017, explique Pierre Reynaud, directeur du groupe PRI.

INVESTIR A LA MONTAGNE, SE POSER LES BONNES QUESTIONS PAR PIERRE REYNAUD, MARCHAND DE BIENS

En 2016, les prix ont justement fait les montagnes russes, affichant mois après mois d’importantes variations aussi bien à la hausse qu’à la baisse. Des prix qui varient, expliquent les Notaires de France, en fonction de l’âge du parc immobilier mais également du potentiel d’enneigement des différentes stations.

Investir dans l’immobilier à la montagne est-il ou non une bonne idée ?

Selon Pierre Reynaud , directeur du groupe PRI, les aléas du potentiel d’enneigement sont en effet un frein à prendre en considération. « Cela coûte en effet très cher pour la durée de la saison », explique le spécialiste de l’immobilier de luxe, qui rappelle qu’en-dessous de 1 500 mètres d’altitude, le réchauffement climatique a provoqué une baisse assez nette des seuils d’enneigement. « A la montagne, la saison ne représente que cent jours, la rentabilité est faible et les charges très élevées », surenchérit le spécialiste.

Certains acheteurs s’y risquent quand même. Et dans ce domaine, ce sont les stations suisses qui tirent leur épingle du jeu. Mais la France n’a pas été en reste en 2016.

L’Hexagone, précise Pierre Reynaud, « peut compter sur quelques valeurs fortes comme Courchevel et Megève. Tout comme Megève, Châtel et Samoëns ont enregistré l’an dernier des croissances à deux chiffres du prix au mètre carré médian pour les appartements anciens. »

Mais une nouvelle tendance est apparue ces dernières années : les résidences de tourisme ont, à la montagne, de plus en plus la cote, remplaçant petit à petit les résidences secondaires. « C’est en effet budgétairement parlant une option intéressante, car les résidences de tourisme coûtent moins chères que les résidences secondaires », explique-t-il ainsi. Mais cela ne signifie pas pour autant la fin des résidences secondaires. « Les riches investissent dans des chalets et les cadres dans des appartements anciens, en résidence secondaire », résume Pierre Reynaud.

Et la surtaxe sur les résidences secondaires n’a en aucun cas rebattu les cartes, les acheteurs de résidences secondaires, étant déjà propriétaire d’une résidence principale, n’étaient « pas gênés par la taxe », selon le patron du groupe PRI, propriétaire d’un chalet de 1 200 m² à Megève et d’un autre de 750 m² à Courchevel.

Malgré tout, investir à la montagne apparaît parfois comme une aubaine, notamment dans les stations de haute altitude, qui bénéficient d’un fort taux de remplissage et qui représentent donc un bon rendement locatif.

« Comme pour tous les investissements immobiliers en France et dans le reste du monde, le critère principal reste l’emplacement », explique Pierre Reynaud, qui rappelle cependant que les prix de l’immobilier de montagne varient également en fonction des projets. Comme le rappellent les Notaires de France, la qualité du parc immobilier et les équipements ont un impact réel sur le prix. Si bien que, en 2016, les stations des 3 Vallées ont vu leurs prix grimper en flèche. Ce qui ne doit pas faire oublier les difficultés des stations à enregistrer la venue de nouveaux investisseurs et à s’inquiéter de la relative pénurie de nouveaux projets de résidences de tourisme.

Ce constat, effectué en 2014, reste aujourd’hui d’actualité. « La situation est toujours la même en raison de la difficulté à financer de nouveaux projets », se désole Pierre Reynaud, qui précise que les Français s’attachent d’abord à financer leur résidence principale et leur résidence secondaire avant de penser à acheter à la montagne.

http://www.infodelimmo.com/investir-a-la-montagne-se-poser-les-bonnes-questions-par-pierre-reynaud-marchand-de-biens/

Est-il facile d’investir dans l’immobilier à la montagne et est-ce rentable ? Pierre Reynaud, spécialiste de l’immobilier de luxe et fondateur du groupe PRI, dresse les tendances de ce secteur si particulier.Une note de conjoncture des Notaires de France publiée le 23 janvier dernier montre toute la difficulté d’investir à la montagne.

L’incroyable appartement de la fille Karimov vendu 13 millions

Ce sont des enchères qui ont attiré tout le gratin de l’immobilier parisien. Comme l’avait déjà
révélé Challenges, la justice française mettait en vente, cet après-midi, un somptueux
penthouse de 688 mètres carrés, doté d’un jardin suspendu de 200 mètres carrés, au sommet
des mythiques immeubles Walter, dans le quartier de la Muette (16ème  arrondissement). Et
c’est l’homme d’affaires parisien Pierre Reynaud qui a remporté la mise à 13 millions d’euros.
Une somme conséquente mais largement inférieure aux 31 millions qu’avait déboursés
Gulnara Karimova, la fille de l’ex-dictateur ouzbèque, pour racheter l’appartement à
l’animateur de télé Arthur.
Le triplex a jadis appartenu à l’architecte collectionneur Jean Walter, qui a conçu, en 1931, les
trois immeubles Art Déco, classés aux monuments historiques. Cet appartement de dix pièces,
dotées de salles de jeux et de sports, était resté dans son jus Art Déco jusqu’à ce qu’Arthur

opte pour une décoration contemporaine. Karimova a peu touché à ces aménagements après
avoir racheté le bien en 2007.
Tombée en disgrâce dans son pays, la fille de l’ancien président ouzbèque, Islam Karimov,
décédé en septembre dernier, est poursuivie, en France, pour blanchiment depuis 2013. Elle
est soupçonnée d’avoir touché des pots de vin sur des contrats de téléphonie à l’étranger et
d’avoir réinvesti cet argent dans l’immobilier hexagonal. La justice a donc saisi son
appartement et, les charges n’ayant pas été réglées, le bien a été mis en vente avant même
l’issue de la procédure pénale. L’acheteur a 45 jours pour régler les 13 millions, qui seront
ensuite saisis par l’Agrasc, l’agence publique chargée de gérer les biens criminels.

L’homme d’affaires parisien Pierre Reynaud a remporté
la vente aux enchères du triplex de la fille de l’ex-dictateur
ouzbèque. La somme va être confisquée par la justice
française, qui avait saisi le bien.

L’incroyable appartement de la fille Karimov mis aux enchères

Les prestigieux immeubles Walter, dans le 16ème arrondissement de Paris.

L’un des joyaux de l’immobilier parisien bientôt vendu aux enchères par la justice. Ce somptueux triplex de 688 mètres carrés, doté d’un jardin suspendu de 200 mètres carrés, se situe au sommet des mythiques immeubles Walter, dans le quartier de la Muette (16ème  arrondissement de Paris). Selon nos informations, cet appartement, propriété de Gulnara Karimova, fille de l’ex-dictateur ouzbèke Islam Karimov, poursuivie pour blanchiment, va être vendue le 23 mars. La mise à prix est de 500.000 euros mais les enchères devraient exploser. Karimova avait déboursé la bagatelle de 31 millions d’euros pour l’acheter à l’animateur de télé Arthur.

L’appartement a jadis appartenu à l’architecte collectionneur Jean Walter, qui a conçu, en 1931, les trois immeubles Art Déco, classés aux monuments historiques. Une imposante forteresse, dotée de onze tourelles octogonales, qui regroupe une centaine d’appartements de maître, ornés de grandes baies vitrées. Les immeubles Walter ont toujours eu les faveurs des grandes familles françaises: du parfumeur Guerlain au tennisman-industriel René Lacoste en passant par Eugène Schueller, le père de Liliane Bettencourt, jusqu’aux Dassault dont le patriarche Serge est toujours résident.

Le triplex de dix pièces, dotées de salles de jeux et de sports, était resté dans son jus Art Déco jusqu’à ce qu’Arthur opte pour une décoration contemporaine. Du parquet en palissandre, typique des années 1930, cohabite avec des panneaux de cuir Hermès et des boiseries précieuses. Les balcons terrasses ont été recouverts de teck, le jardin a été de nouveau végétalisé avec des cyprès et du buis.

Les biens de Karimova saisis par la justice française

Karimova a peu touché à ces aménagements après avoir racheté le bien en 2007. Cette redoutable femme d’affaires, figure de la jet-set internationale, n’y passait qu’à de rares occasions, entourée de gardes du corps, notamment lors de la Fashion Week. Mais l’héritière est ensuite tombée en disgrâce dans son pays puis son père est décédé en septembre 2016. Alors que des rumeurs de son empoisonnement ont circulé, elle serait, en fait, en résidence surveillée à Tachkent, où elle a été entendue, en décembre 2016, par des magistrats suisses.

Karimova fait, en effet, l’objet de poursuites judiciaires dans plusieurs pays. Elle est soupçonnée d’avoir touché des centaines de millions de dollars de pots-de-vin sur des contrats de téléphonie. En France, une information judiciaire a été confiée au juge financier Serge Tournaire pour blanchiment. Trois biens ont été saisis: le château de Groussay, dans les Yvelines, une villa près de Saint-Tropez et donc l’appartement des immeubles Walter. Les charges de copropriété n’ayant pas été réglées, la justice a déclenché la vente avant même l’issue de la procédure pénale. Le produit de la transaction sera saisi à titre conservatoire par l’Agrasc, l’agence publique chargée de gérer les biens criminels. Les premières visites ont lieu ce 9 mars.

https://www.challenges.fr/immobilier/l-incroyable-appartement-de-la-fille-karimov-mis-aux-encheres_459067

EXCLUSIF La justice procédera, le 23 mars, à la vente du penthouse de la fille de l’ex-dictateur ouzbèque, situé dans les mythiques immeubles Walter à Paris. Gulnara Karimova est poursuivie pour blanchiment.

Le marchand de biens parisien Pierre REYNAUD a acquis une tour de 15 étages à Porto (Portugal) pour 4,6 millions d’euros lors d’une vente judiciaire.

William Saurin : dettes, mensonges et cassoulet

Décédée brutalement, Monique Piffaut, la patronne du groupe Turenne, aurait trafiqué les comptes du groupe pour plusieurs centaines de millions d’euros.

La Financière Turenne Lafayette, qui n’échappera sans doute pas à une vente à la découpe, attise les convoitises.

Le géant de la viande Bigard est intéressé par la partie charcuterie. La coopérative d’Aucy, spécialiste des légumes en boîte, lorgne les plats préparés, tout comme Fleury Michon. Des financiers cherchent également à s’inviter dans le jeu, à l’instar du raider François Gontier, de Didier Calmels, repreneur des poulets Doux, ou encore de l’homme d’affaires parisien PIERRE REYNAUD

http://www.lepoint.fr/economie/william-saurin-dettes-mensonges-et-cassoulet-06-02-2017-2102653_28.php

Décédée brutalement, Monique Piffaut, la patronne du groupe Turenne, aurait trafiqué les comptes du groupe pour plusieurs centaines de millions d’euros. La Financière Turenne Lafayette, qui n’échappera sans doute pas à une vente à la découpe, attise les convoitises. Le géant de la viande Bigard est intéressé par la partie charcuterie. La coopérative d’Aucy, spécialiste …

Le marchand de biens, Pierre Reynaud : « L’augmentation des taux d’intérêts va freiner le marché immobilier » Isabelle Maximoff eco-mag.com

Après les records de 2016, l’accalmie ?

En 2016, la production de prêts immobiliers a avoisiné les 240 milliards d’euros. Un record. Ce début d’année va-t-il être l’occasion de confirmer ou au contraire risque-t-on d’observer un coup d’arrêt ? Selon Pierre Reynaud, concernant le nombre de transactions immobilières, « on doit s’attendre à une légère stagnation. » Le contexte politique, mais aussi économique, pourraient en être la cause. « L’élection présidentielle et une hausse sensible des taux d’intérêts » devraient en effet marquer ces prochains mois.

Pierre Reynaud : « La fin du prêt à taux zéro portera le marché en 2017 »

Mais la fin du prêt à taux zéro au 31 décembre 2017 n’est-elle pas une bonne raison d’espérer encore une année intéressante ? Selon le patron de PRI, cela pourrait effectivement pousser les acheteurs à acquérir des biens. A quelques exceptions près : « en région parisienne, par exemple, seule la première couronne et la banlieue devraient voir les effets de la fin du prêt à taux zéro, mais il n’y a pas grand-chose à espérer pour Paris intramuros. » Et même la taxe sur les logements vacants, qui va doubler en 2017 à Paris, ne changera rien selon Pierre Reynaud.

Pierre Reynaud, marchand de biens, estime que l’ancien continuera à attirer les acheteurs

Si en 2016, le marché de l’ancien a continué à exploser, avec des chiffres rappelant ceux de 2007, le neuf a été un peu plus terne. En 2017, la tendance ne devrait pas s’inverser. « Le neuf reste plus cher et moins attractif que l’ancien », résume Pierre Reynaud. Spécialiste de l’immobilier de luxe, le gérant du groupe PRI estime qu’il ne faut pas s’attendre à une tension sur les prix des biens luxueux, dans la capitale notamment, car « le haut de gamme n’a jamais varié en valeur. »

Brexit, suppression de l’ISF en vue… Un espoir ?

Avec le vote des Britanniques pour la sortie de l’Union européenne, on s’attendait à un retour massif des riches expatriés français. Ils ne sont pas revenus en 2016, reviendront-ils en 2017 ? « Non, estime Pierre Reynaud. Les grosses fortunes resteront en Belgique, en Suisse et en Angleterre malgré le Brexit. » Quant aux petites et moyennes fortunes, « elles resteront, elles, au Portugal », assure le gérant de PRI, qui met un peu plus d’espoir dans une éventuelle suppression de l’impôt sur la fortune. François Fillon, favori de la présidentielle, veut supprimer l’ISF. « Cela ferait revenir certains riches Français », admet Pierre Reynaud, qui nuance cependant en assurant que cela ne concernera qu’une minorité d’entre eux.

Pierre Reynaud : « Les prix de l’immobilier en 2017 ? Pas de baisse. »

« Il n’y aura pas de baisse des prix de l’immobilier, mais une stagnation », assure Pierre Reynaud. De quoi « freiner le dynamisme » du marché immobilier selon le spécialiste. La baisse des taux des crédits avait en effet marqué 2016. Cette année, ces taux devraient évoluer. « Il est à craindre une légère augmentation des taux d’intérêts », prévoit Pierre Reynaud. Alors, à qui va profiter 2017 ? Aux primo-accédants, aux secundo-accédants ou aux investisseurs ? « Le contexte, tel qu’on l’imagine, devrait servir les investisseurs institutionnels et les professionnels de l’immobilier », pense Pierre Reynaud, qui estime que l’année 2016 a finalement été une période qui a bénéficié de la crainte des Français. Ces derniers, indique le patron de PRI, « ont profité des taux d’intérêts très, très bas, et ont eu peur d’une hausse importante des taux d’intérêts et surtout d’une dévaluation de l’euro compte tenu du Brexit. » Avec l’élection présidentielle à venir et des banques bien décidées à augmenter leurs taux, les chiffres de l’année 2017 pour l’immobilier devraient donc retrouver des valeurs plus proches des chiffres habituels….

En savoir plus www.eco-mag.com/pierre-reynaud-augmentation-taux-interets-marche-immobilier/ © EcoMag

Comment va se comporter le marché immobilier cette année ? Après des chiffres très bons en 2016, difficile de savoir de quoi 2017 sera faite. Pierre Reynaud, directeur du groupe PRI, nous donne les tendances pour les mois à venir.

Les mètres carrés disparus.

Ce duplex « Trumpien » appartient au geleriste Guy Wildenstein, qui le vend 4,9 millions d’euros. Une cession contestée : le marchand de biens Pierre REYNAUD et ses co-investisseurs reprochent au milliardaire d’avoir surestimé la surface passée de e574 m2 dans la promesse de vente à 524 dans l’acte. En compensation, Me Chartier, avaocat de Wildenstein, s’était engagé à payer 460 000 euros de frais. Cette promesse non tenue risque d’engendre une énième procédure judiciare…

Ce duplex « Trumpien » appartient au geleriste Guy Wildenstein, qui le vend 4,9 millions d’euros.